• EDWARD HOPPER (1882-1967)

     

    Je me suis rappelé qu'après la citation de Malraux, j'avais dit que je mettrais un article sur Hopper, pour "illustrer" la phrase tirée de "La condition humaine". 

    J'ai découvert Hopper par pur hasard. Dans une librairie, il y avait des reproductions de toiles en vente, et j'ai eu un coup de foudre pour deux d'entre elles que j'ai achetées. Je n'ai découvert qu'après que c'étaient deux oeuvres de Hopper. Plus tard, j'ai acheté tout un livre sur lui, et j'ai commencé à me renseigner, même si je suis loin d'être une spécialiste de la peinture. Je fonctionne plutôt au coup de coeur qu'à la connaissance. 

    On a souvent dit que Hopper était le peintre de la solitude. Pour moi, il est plutôt celui de l'incommunicabilité. Du mystère aussi. J'aurais aimé mettre tous ses tableaux (ben voyons !), mais il a fallu faire des choix. 

     

    Voici un premier tableau :

     

    EDWARD HOPPER (1882-1967)

     

    Que fait cette femme, que l'on ne voit en plus que derrière une fenêtre ? Elle regarde son jardin, le temps qu'il fait ? Elle attend quelqu'un, l'homme qu'elle aime ? Elle le voit partir ? Ou une amie... On ne le saura jamais. Mais elle est seule, ça, c'est certain.

     

    Second tableau :

     

     EDWARD HOPPER (1882-1967)

     

    Solitude et incommunicabilité dans le couple.

    Car peu de doute, il s'agit ici bien d'un couple. L'homme est tourné vers la femme, mais on n'est pas sûr qu'il la regarde. Quant à cette dernière, elle a les yeux fixés devant elle. Ils ne se parlent pas. Hopper a vécu un mariage difficile, semble-t-il. Est-ce pour cela qu'il n'y a pas de tableaux de couples amoureux ? Ou un couple, même amoureux, ne peut-il pas se parler ? La communication est-elle impossible entre les individus ?

     

    Un nouveau tableau, un des plus spectaculaires à mon avis : 

     

     EDWARD HOPPER (1882-1967)

     

     

    Cela peut faire penser à une scène de vacances, comme l'indique le titre : "People in the sun". Personne ne regarde personne, l'un lit le journal. Les personnages ressemblent presque à des mannequins, figés dans leurs attitudes. 

     

    Un des plus célèbres : 

     

     

    EDWARD HOPPER (1882-1967)

     

     "Nighthawks", une grande toile. Certains ont vu en la femme Marylin, et en l'homme James Dean. Des noctambules dans un café, où chacun semble indifférent à ses voisins. Le spectateur est presque en position de voyeur : les personnages sont peints de derrière une vitre (comme le premier tableau). Incommunicabilité entre les individus, mais aussi entre le spectateur et l'oeuvre. 

    On pourrait ainsi multiplier les exemples de ces gens seuls, semblant attendre quelque chose ou quelqu'un, avec une forme de résignation ou d'interrogation. 

    Et un petit dernier, pour me faire plaisir, parce celui-là, il est au mur du salon (enfin, sa reproduction, bien sûr, sinon, je serais très riche !!!). Les maisons de style colonial sont courantes aussi chez Hopper : 

     

     

    EDWARD HOPPER (1882-1967)

     

    Ces commentaires ne sont que des "ressentis". Et j'ai préféré ne pas aller chercher pour chaque tableau des remarques de spécialistes. Comme pour la littérature, celui qui découvre une toile se "l'approprie" selon ses impressions et ses émotions. 

     


  • Commentaires

    1
    cocaline Profil de cocaline
    Vendredi 12 Avril 2013 à 19:55

    Hopper...on en avait bcp parlé sur nos blogs. Tu as tout dit Princess'... Il y a bcp de mélancolie dans ses tableaux . Celui que je préfère car il dépeint une réalité froide et austère c'est Nighthawks.  bisous !

    2
    cocaline Profil de cocaline
    Vendredi 12 Avril 2013 à 19:55

    Oui je vous raconterai mon métier passionnant !!!

    3
    Erzsie Profil de Erzsie
    Samedi 13 Avril 2013 à 10:26

    Bonjour ma Coco,

    Oui, je mettais déjà des reproductions de Hopper sur mon blog Orange. Mes obsessions n'ont guère changé... Lui, Sissi, la littérature...

    "Nighthawks" n'est pas vraiment mon préféré, mais c'est un des plus emblématiques. Qu'est-ce que je regrette de ne pas avoir vu l'expo Hopper à Paris !!! Il paraît que les spécialistes disent qu'il y a des erreurs dans sa peinture (ombres et lumières, personnages...). Je ne suis pas assez calée. Mais pour moi, c'est une peinture "métaphysique". L'homme ou la femme toujours seuls au monde.

    Tu sais, tu n'es pas obligée de donner des infos trop privées sur ta vie, si tu n'en as pas envie... 

    Très bon week-end. Bisous. 

    4
    JPL33 Profil de JPL33
    Samedi 13 Avril 2013 à 11:54

    Il se trouve que dimanche dernier j'étais à "L'escale du livre" à Bordeaux et j'ai vu, sur le stand de Citadelles & Mazenod, un très beau livre sur Hopper d'Emmanuel Pernoud, sorti en octobre 2012. Il vaut 189 € et je dois dire que j'ai hésité car il y avait une très belle iconographie, beaucoup de tableaux reproduits mais il est disponible sur amazon avec 5% de réduction. Pour moi le premier tableau que j'avais vu de lui m'avait accroché basiquement, la première émotion ressentie était "l'Amérique du Nord des années d'avant-guerre" et puis je le vois maintenant comme le peintre de l'attente ou de la solitude donc, peut-être aussi, de l'incommunicabilité. Accessoirement "Un tableau de Hopper" est le titre du dernier single de Johnny Hallyday ! Ben oui !

    Bonne fin de semaine et à bientôt.

    5
    Erzsie Profil de Erzsie
    Samedi 13 Avril 2013 à 16:35

    189 euros, ça commence à faire cher. Ma Maman m'avait offert un bouquin avec plein de reproductions, mais je ne pense pas qu'elle l'avait payé ce prix. 

    Je ne connais pas celui que tu cites (ou alors, je l'ai vu, mais j'en ignore le titre).

    Si même Johnny s'y met ! La prochaine fois, je parlerai de Friedrich, avant d'être rattrapée par les chanteurs...

    Bon week-end JP. 

    6
    Erzsie Profil de Erzsie
    Samedi 13 Avril 2013 à 16:43

    Je n'ai pas trouvé sur google "L'Amérique du Nord des années d'avant-guerre". Ou alors, il est sous un titre anglais ! 

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    7
    JPL33 Profil de JPL33
    Samedi 13 Avril 2013 à 19:46

    Non je voulais juste dire que la première fois que j'ai vu ses tableaux j'ai pensé qu'on reconnaissait bien des maisons, des rues, des voitures, des vêtements, des postures, etc.  des USA d'avant guerre ou des années 40, ou du moins de l'idée que je m'en faisais. C'est la première chose qui m'était venue à l'esprit.

    Et la chanson de Johnny n'est pas si mal que ça.

    8
    Erzsie Profil de Erzsie
    Dimanche 14 Avril 2013 à 09:38

    Désolée, j'avais mal compris. Comme tu avais écrit "le premier tableau que j'avais vu de lui", je croyais que tu citais un titre.

    Johnny, ce n'est pas trop ma génération en fait... 

    9
    JPL33 Profil de JPL33
    Dimanche 14 Avril 2013 à 12:03

    MDR, un exemple d'incommunicabilité ?

    Johnny c'est un de ses derniers titres "Un tableau de Hopper", c'est le 3e single (sorti en avril 2013) extrait de son dernier album de fin 2012...

    Et c'est une "jolie ballade" on va dire.

    BON DIMANCHE.

    10
    Erzsie Profil de Erzsie
    Dimanche 14 Avril 2013 à 16:01

    L'incommunicabilité, elle est partout, JP... On croit lire quelque chose, et on se trompe... 

    Johnny, très franchement, je ne l'écoute jamais. Je crois qu'il y avait eu une chanson aussi sur Tennessee Williams, mais je n'en sais pas beaucoup plus.

    Bonne fin de dimanche à toi aussi. 

    11
    lililalili Profil de lililalili
    Lundi 15 Avril 2013 à 15:47

    Cou-cou ! Oui, c'était "Quelque chose de Tenessee", un tout petit peu achement connue celle-là !... Et une des rares chansons de Johnny que j'aime bien. Le premier tableau, je crois bien que c'est Edna (elle s'appelait bien comme ça ?...), l'épouse de Hopper, qui a souvent posé pour ses tableaux. Elle n'a pas l'air si malheureuse d'être seule.... Quant à "People in the sun", je le trouve carrément effrayant !

    12
    Erzsie Profil de Erzsie
    Jeudi 18 Avril 2013 à 15:53

    Coucou Lilila,

    Il faut que je recherche le nom de l'épouse de Hopper. Il paraît qu'il l'a souvent peinte, même s'il n'a pas été heureux avec elle. 

    "People in the sun", c'est aussi celui que le trouve le plus ahurissant. "Effrayant", c'est le bon mot...

    Pour Johnny, on va dire que ça n'a jamais été trop ma tasse de thé. Mais "Quelque chose de Tenessee", je pense que je l'ai entendue. J'adore les pièces de Tenessee Williams. Et le film tiré de "La chatte sur un toit brûlant". 

    13
    Erzsie Profil de Erzsie
    Jeudi 18 Avril 2013 à 16:06

    Selon ce que je viens de lire, son épouse s'appelait Josephine, dite "Jo" par Hopper. Elle fut son principal modèle dans les femmes au corps froid, presque sans vie qu'il représente. Ça semble en dire long sur les relations du couple !!! 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :