•  

     

    Comment savoir donc si l'on mange selon ses besoins, trop, ou pas assez ?

     

    —  Il suffit pour cela de manger selon sa faim.  De même que quand on a sommeil il faut dormir, quand on a soif il faut boire, quand on est fatigué il faut se reposer (et quand le voyant de la jauge de carburant s'allume, il faut passer à la pompe), la faim nous indique en effet qu'il est temps de manger.

    Elle nous indique aussi combien manger. On a très faim ? On mange beaucoup. Peu faim ? On mange peu ? Plus faim ? On arrête. Si on s'alimente de cette façon, aucune raison de prendre du poids puisqu'on répond aux besoins de son organisme, tout simplement.

     

     Que faut-il manger pour ne pas grossir ? 

    Tout ce qu'on aime, et uniquement ce que l'on aime. Si on a envie de chocolat et qu'on mange des haricots verts et du poisson bouilli "parce que c'est régime", on sera frustré. On mangera les haricots verts, le poisson bouilli... et en plus, selon toute probabilité, on finira par craquer sur le chocolat. Donc, mieux vaut manger tout de suite du chocolat qui nous satisfera. Sinon, on absorbe deux fois des calories : avec le poisson et les haricots verts ET avec le chocolat. 

    Évidemment, on me rétorquera qu'on ne peut pas ne manger que du chocolat ou des gâteaux, c'est évident. Mais quand on se sera bien régalé avec cet "aliment interdit", vu que notre corps demande de la diversité, il est probable qu'à un moment donné, on aura envie de haricots verts, ou de brocolis, ou de je ne sais quoi de bon pour la santé. On mangera alors ces aliments non pas parce qu'ils sont utiles pour perdre du poids, mais parce qu'ils seront devenus désirables. 

    Il est essentiel, pour ne pas manger trop, de toujours se faire plaisir afin de ne se créer aucune frustration

     

     Comment ne pas manger trop quand on mange quelque chose de délicieux et que l'on aime vraiment ? 

    Le problème est souvent de savoir s'arrêter. On commence on se disant qu'on sera raisonnable, et on continue pourtant bien au-delà de sa faim. 

    Il me semble qu'il n'y a dans ce cas qu'une possibilité. Il faut manger lentement, et en dégustant. Si on mange lentement, si on est attentif au goût de l'aliment que l'on aime dans sa bouche, le repas va d'une part durer plus longtemps, on aura moins envie de le prolonger, donc on s'arrêtera plus facilement. Par ailleurs, il y a un moment où on réalisera que ce chocolat qui faisait si envie, eh bien on en a assez. Donc soit on passera à un autre aliment si on a encore faim, soit le repas sera terminé sans frustration.

     

      Enfin, dernier point, éviter de manger des aliments industriels. 

    Même si certains contestent cela, il y a des nourritures industrielles qui sont de toute évidence addictives parce qu'on rajoute sciemment dedans des ingrédients auxquels on a tendance à vite devenir accro : sucre (y compris dans les plats préparés salés), sel, épaississants, gluten qui donne du moelleux aux aliments.

    Si on cuisine soi-même, d'une part on sait exactement ce qu'on a mis dans une préparation, et d'autre part, on s'évite tous ces additifs qui ont tendance à nous empêcher de nous arrêter de manger quand il le faudrait...

     

    Je sais qu'on est très loin ici de la "philosophie" des régimes restrictifs, et pourtant, c'est du simple bon sens. Nous avons souvent perdu de vue ces choses toutes simples (manger ce qu'on aime, lentement, quand on a faim, et s'arrêter quand on est rassasié) parce que nous sommes sollicités par une abondance de nourriture et que notre cerveau a tendance à s'affoler devant cette offre pléthorique. 

    Alors je ne dis pas que c'est facile quand on a adopté depuis longtemps des comportements alimentaires erratiques. Mais ça marche, c'est incontestable. Les gens naturellement minces mangent de cette manière, leur cerveau ayant accepté que dans nos sociétés où l'alimentation ne manque plus, on peut manger du chocolat (pour reprendre cet exemple) mais non se gaver de chocolat, parce que la prochaine fois qu'on en aura envie... le chocolat sera toujours là. Inutile donc de descendre la tablette ! 

     

    Je précise que si je mange pour ma part de cette manière (et je suis du genre menue, voire un peu trop), ce n'est pas moi qui ai théorisé cette façon de s'alimenter. Ce sont deux médecins dont j'ai déjà eu l'occasion de parler, le docteur Zermati (nutritionniste), et le docteur Apfeldorfer (psychiatre). Leur "méthode" (qui n'en est pas une, juste encore une fois du bon sens) me paraît intelligente (bien plus qu'un régime) et tout à fait prometteuse.

    Si on veut davantage d'explications, on peut se rendre sur deux sites qu'ils ont créés :

    — Celui du G.R.O.S (Groupe de Réflexion sur l'Obésité et le Surpoids).

    — Celui de Linecoaching. Mais attention, celui-ci est payant. Cependant inutile de s'abonner, même sans être inscrit, on a accès à pas mal d'informations et de témoignages qui peuvent aider en cas de problèmes de poids.

     

    Et j'en reviens à mon point de départ. Perdre des kilos ne résoudra pas tous les problèmes, mais cela apportera nécessairement un certain confort en cas de douleurs articulaires. Et par ailleurs, être en surpoids est mauvais aussi pour le cholestérol, l'hypertension... Donc, autant essayer d'atteindre son poids de forme d'une manière naturelle ! 

     

     

    Surpoids et douleurs articulaires (suite)

     

     


    31 commentaires
  •  

     

     

     

     

     

    Surpoids et douleurs articulaires

     

     

     

     

    Pour en finir provisoirement avec les questions de douleurs articulaires, il faut quand même rajouter qu'évidemment, le surpoids est un grand ennemi des articulations. 

    Comme tout dans l'univers (du moins le suppose-t-on), nous sommes soumis aux lois de l'attraction universelle. En cas de kilos en trop, ce poids excédentaire appuie sur les articulations du bas du corps, chevilles, genoux, hanches (mais aussi sur les pieds). C'est une évidence. D’où les douleurs.

    Mais il n'y a pas de complément alimentaire pour maigrir (j'ai quand même entendu parler du chrome pour limiter les envies de sucre, mais je n'ai jamais testé pour ma part, ni ne connais quelqu'un qui aurait testé, je ne me prononce donc pas). Alors, comment perdre ces kilos qui participent aux douleurs ? 

    Je n'ai évidemment pas de solution-miracle (sinon je serais millionnaire tant il y a de personnes désireuses de perdre du poids). Mais j'ai quand même quelques pistes, qui m'ont été inspirées par pas mal de lectures.

     

     La première est de ne surtout jamais faire de régime. 

    Je sais que ça peut paraître bizarre de dire que pour perdre du poids, les régimes sont inefficaces. Et pourtant, j'en ai acquis peu à peu la conviction. Une phrase d’un film dit à peu près la même chose : "Les régimes, ça ne marche pas. La preuve, il n'y a que les gros qui en font".

    De plus en plus d’ailleurs, les médecins eux-mêmes reconnaissent que se priver ne sert à rien.

    Tous les régimes sont en effet restrictifs. On supprime soit certains aliments, soit carrément des catégories d'aliments. 

    Alors évidemment, au début, ça marche. Parce qu'au début, tous les régimes marchent. Sauf que...

    Qui peut passer sa vie à ne manger que les protéines, ou que la soupe au chou, de l'ananas, ou je ne sais quoi ? Qui peut se priver définitivement de glucides ? Qui peut ne manger indéfiniment que des légumes cuits vapeur, de la vinaigrette allégée, du poisson bouilli ? Qui peut s'en tenir très longtemps voire pour toujours à 1200 calories par jour (ce qui est vraiment peu) ? Ne parlons pas de manger d'infâmes poudres pour remplacer de vrais repas, ce qui est complètement contre-nature...

    Il doit bien y avoir quelques personnes qui y parviennent, mais elles doivent être très rares. Pour les autres, donc la majorité, le processus est toujours le même : on se lance avec enthousiasme dans le régime, on commence à perdre du poids. Et puis on en a assez. Les aliments dont on s'est privé longtemps (mettons les glucides, ou tout simplement le sucre) prennent le goût du fruit défendu. Ils deviennent tentateurs, puis une réelle obsession.

    Alors évidemment, un jour, on craque. Et comme on s'est privé longtemps mettons de chocolat, le jour où la tentation est trop forte, on mange du chocolat. Sauf qu'au lieu d'en déguster deux ou trois carrés, on descend la tablette entière, voire deux ou trois tablettes. Alors on reprend peu à peu les kilos perdus. Parfois même au-delà des kilos perdus.

    Les médecins connaissent bien cela. Ils appellent ce phénomène "l'effet yoyo". Et au bout de vingt ans, on a davantage de poids qu’avant le premier régime, et on regrette amèrement d’avoir mis le doigt dans cet engrenage.

    Pourtant, maigrir n'est pas voué à l'échec.

    Alors, si on admet que ce sont les régimes qui sont voués à l’échec, que faire ?

     

    — Déjà, il ne faut pas vouloir faire un poids pour lequel notre corps n’est pas programmé génétiquement. Nous devons accepter que certains d’entre nous ne seront jamais maigres, tandis que d’autres ne seront jamais obèses. C’est injuste mais c’est comme ça. Nous ne sommes pas plus égaux dans le domaine du poids que dans le domaine de la santé par exemple, ou pour la couleur de nos yeux.

    C’est pourquoi, calculer son poids « idéal » en fonction de l’IMC n’est pas pertinent. L’IMC donne certes une fourchette, une estimation du poids que nous devons faire en fonction de notre taille pour rester en bonne santé, mais rien de plus.

    Quelqu’un qui a une ossature très fine ne peut avoir, à taille égale, le même poids que quelqu’un dont le squelette est déjà beaucoup plus lourd.

    Donc autant renoncer immédiatement à un poids fantasmé, pour accepter de faire le poids grâce auquel nous sommes en bonne santé et dans lequel nous nous trouvons bien.

     

    — Il y a un autre aspect qui semble essentiel, c’est de manger en fonction de ses besoins. Car il n’y a pas de secret.

    Si on mange au-delà de ses besoins, on grossit. Si on mange selon ses besoins, on reste à un poids stable. Si on mange en-dessous de ses besoins, on maigrit (jusqu’à atteindre le poids pour lequel notre corps est fait).

    Quels sont nos besoins (donc quelles sont nos dépenses énergétiques qui nécessitent de manger pour les compenser) ? Il y en a de deux sortes :

    ÷ Les besoins de notre métabolisme de base (les calories que notre corps dépense pour que le cœur, les poumons, etc. fonctionnent).

    ÷ Les besoins liés à notre activité physique.

    Une fois que l’on connaît à peu près nos besoins en énergie (donc en calories), il suffit de manger en fonction de cela. C’est une évidence, mais autant le rappeler.

    Naturellement, tout cela entraîne une autre question :

    Comment savoir si on mange trop, trop peu ou juste ce qu'il faut ? Et comment faire pour manger la quantité adéquate pour maigrir ou ne pas grossir ? 

     

     

    À suivre…

     

     


    19 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires